Les outils du projet

Échanges, partages, confrontations

Dès le printemps 2011, nous avons initié nos échanges à distance et posé les bases du projet en termes de contenus et d’objectifs. Au cours de la période précédent le premier temps du projet à Buenos Aires, nous avons découvert et partagé nos travaux respectifs.
Un temps important de notre séjour à Buenos Aires a été consacré au partage de nos réflexions sur l’art, l’identité, le territoire, mais également à la rencontre d’une autre culture, d’une autre langue, d’une autre manière de vivre et d’habiter son/ses territoire(s). Plusieurs rencontres ont été dédiées au visionnage de nos travaux et à la confrontation de nos processus de création.

Le projet Territoire(s)#2 se basant d’abord sur la rencontre et l’échange, le temps long consacré à la discussion et au débat nous semble fondamentale pour permettre ensuite d’explorer et d’inventer ensemble de nouveaux territoires de danse.

Expérimentations in-situ

La notion de territoire étant d’abord perçue dans sa dimension géographique, physique, urbaine, nous accordons une place importante aux expérimentations in-situ, comme point de départ de notre recherche.
Avant la 1ère étape du projet à Buenos Aires en janvier 2012, nous avions déjà élaboré différents protocoles d'expérimentation de nos territoires géographiques (parcours sensoriel, consignes pour les trajets quotidiens, dérives autour du lieu d’habitation…). Ces protocoles ont été testés tout au long de l’année 2011 et nous ont permis de récolter des matières (textes, sons, images, gestes, mots, mouvements…) pour nourrir nos réflexions et nos improvisations en studio.
À Buenos Aires, nous avons mené plusieurs séances d’expérimentation sur site, qui ont été suivies d’ateliers d’improvisation (Parc Chacabuco, Réserve écologique, ancienne école militaire ayant servi de lieu de détention des prisonniers politiques
pendant la dictature militaire (ESMA)…).
Nous poursuivrons les expérimentations in situ dans la deuxième étape du projet, dans les quartiers de l’est parisien, ainsi que sur d’autres territoires géographiques, notamment ceux de la banlieue nord du Grand Paris (Saint-Denis)…

Ateliers d'improvisation et de composition

Au sein du groupe, nous participons toutes à la coordination et à l’animation d’ateliers d’improvisation et/ou de composition. Le projet se fonde ainsi réellement sur le collectif ; chacune étant à tour de rôle observatrice, danseuse et chorégraphe.
À Buenos Aires, des ateliers très différents ont été proposés par chacune d’entre nous
en fonction des approches singulières des unes et des autres (Territoire corporel et territoire linguistique ; La mémoire des corps ; Paysages intérieurs et espace environnant ; Sensations, perceptions, observations…). Ces ateliers ont permis au groupe de confronter et d’explorer les territoires propres de chacune et de construire ensemble un nouveau territoire partagé.
Nous poursuivrons en France les ateliers d’improvisation et d’écriture chorégraphique selon les mêmes principes : chaque atelier sera coordonné par une personne.

Séances d'ouverture au public

L’ouverture sur l’autre, l’extérieur, le public est une dimension importante de notre projet. En effet, notre volonté n’est pas celle de recréer un nouvel entre-soi, mais bel et bien d’ouvrir un espace de partage avec les habitants des territoires traversés et investis.
À Buenos Aires, nous avons eu la possibilité de proposer deux ateliers ouverts au public. Le premier a pris la forme d’une séance d’improvisation guidée au centre culturel San Martin et le deuxième s’est tenu au centre culturel de la Chilavert, imprimerie coopérative récupérée par ses ouvriers.
En France, nous souhaitons poursuivre les invitations à venir partager nos expériences et séances d’expérimentations. Nous sommes déjà en contact avec des partenaires pour proposer des ateliers ouverts sur la ville (6B, Centre culturel Barbara, festivals…).

Résultats, formes, restitutions

La dimension de recherche et d’expérimentation est fondamentale au projet et s’oppose à toute idée préconçue des résultats formels à obtenir.
Notre projet intègre cependant des moments de restitution du travail mené et la présentation devant un public de nos résultats toujours partiels et mouvants, à l’image des territoires que nous habitons. Différentes modalités de restitutions sont envisagées: performances, pièce courte, création vidéo, édition d’un album…