Qu'est-ce que le territoire ?

La notion de territoire est complexe et renvoie à différentes acceptions selon le champ disciplinaire considéré : géographie, droit, politique, culture, philosophie…
  
Le territoire n’est jamais une donnée naturelle et immuable, une simple étendue géographique, ou un système clos de relation sans lien avec le dehors. Il est au contraire toujours le fruit d’une invention (esthétique, linguistique, politique…) et de multiples formes d’appropriation. Le territoire est une création, une construction.
Si le territoire se définit par les phénomènes d’appartenance et d’appropriation, à la définition d’un chez soi, il dessine toujours des lignes de partage entre l’intérieur et l’extérieur, le proche et le lointain, le dedans et le dehors. Il est circonscrit par ses limites, ses frontières, ses marges.
  
Le territoire n’existe ainsi que dans un rapport de tensions et de frottements avec les autres territoires. Il n’existe qu’au pluriel, de part la multiplicité des territoires, leur connexion, leur interpénétration.
   
Par ailleurs, le territoire est constitué de multiples strates hétérogènes (géographique, historique, culturelle…)  et de multiples marqueurs identitaires.  
  
Si cette notion complexe de territoire est de plus en plus utilisée dans le langage commun, suscitant un large consensus autour de son utilisation, la questionner dans ces différentes acceptions et sens relève donc  pourtant d’une exigence philosophique fondamentale.
  
Questionner le territoire c’est tout à la fois :
  • penser la multiplicité des relations de l’homme à son milieu
  • étudier les conditions d’habitabilité du monde
  • comprendre la manière dont la puissance politique le constitue
  • étudier les lignes de partage entre l’intérieur et l’extérieur, le proche et le lointain, le centre et la périphérie, le dedans et le dehors…
  • interroger ses limites, ses seuils, ses frontières, ses marges
  • penser la manière dont les corps habitent l’espace
  • comprendre la façon dont il se constitue en strates
  • questionner d’abord les territoires de la ville et du devenir urbain du monde
  
Mais quel intérêt de questionner cette notion dans le champ de la danse, d’interroger la notion de territoire en danse, ou du territoire de la danse ?